La rénovation énergétique est l’un des grands axes choisis par le gouvernement pour le plan de relance 2020. C’est l’occasion idéale pour faire un point sur le concept de rénovation énergétique, les travaux concernés et les aides financières pouvant être accordées aux clients pour réaliser ce type de travaux.

 

Rénovation énergétique : Définition

 

La rénovation énergétique consiste à réaliser des travaux sur un bâtiment existant afin d’améliorer sa performance énergétique pour une architecture écologique.

Cette performance prend en compte à la fois la réduction de la consommation d’énergie comme le gaz ou l’électricité, mais aussi le confort des occupants.

 

Quels sont les travaux de rénovation énergétique ?

 

renovation-energetique-travaux

 

Plusieurs types de travaux de rénovation peuvent permettre d’améliorer la performance énergétique d’un bâtiment.

L’idéal est de solliciter un diagnostic énergétique auprès d’un professionnel afin d’identifier les points faibles du bâtiment comme les ponts thermiques par exemple. Une fois les axes d’amélioration identifiés, il faut déterminer l’ordre dans lequel réaliser les différents travaux.

En effet, si certains clients souhaitent tout mettre en œuvre en une fois en recourant à une rénovation énergétique globale, la plupart d’entre eux opte pour une rénovation énergétique par étape. Dans ce cas afin d’optimiser les résultats, l’ADEME recommande de procéder dans l’ordre suivant :

  1. l’isolation ;
  2. la ventilation ;
  3. le chauffage.

L’isolation thermique du bâtiment est le premier poste à devoir être amélioré, car une isolation peu performante est souvent la cause d’une importante déperdition de chaleur et donc d’une consommation importante de chauffage l’hiver et de climatisation l’été. Au contraire, une bonne isolation thermique permet de réduire la consommation d’énergie d’un logement jusqu’à 60 % selon l’ADEME.

Une fois les travaux d’isolation réalisés, il est possible de s’intéresser au système de ventilation. En effet, une isolation performante peut parfois entraîner des difficultés pour renouveler l’air et évacuer l’humidité de l’habitation. Il est alors utile d’installer une VMC. Les systèmes de ventilation mécanique contrôlés les plus recommandés pour éviter la déperdition de chaleur, sont les VMC double flux avec récupération de chaleur et les VMC hydro B à simple flux.

Enfin, le système de chauffage peut être changé pour opter pour une solution plus respectueuse de l’environnement. C’est notamment le cas des chaudières à condensation ou à ventouse.

 

Quelles sont les aides financières pour la rénovation énergétique ?

 

renovation-energetique-financiere

 

Ces travaux de rénovation énergétique sont coûteux et représentent un investissement important même si les économies sur la facture d’énergie sont significatives sur le long terme.

C’est pourquoi différentes aides financières ont été mises en place par le gouvernement pour faciliter l’accès au plus grand nombre.

Parmi les principaux dispositifs en faveur de la rénovation énergétique, on retrouve MaprimeRénov’. Cette aide créée en début d’année 2020 en remplacement de l’aide CITE a connu une mise à jour en courant d’année. Ainsi, depuis le 1er octobre 2020, tous les propriétaires peuvent y prétendre qu’ils occupent eux-mêmes le bien rénové ou non (mise en location), et qu’il s’agisse d’un logement individuel ou en copropriété.

Pour pouvoir prétendre à cette aide, les travaux doivent être réalisés par un professionnel certifié du label RGE.

Par conséquent, le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) disparaît progressivement. Il est maintenu jusqu’au 31 décembre 2020 uniquement pour les foyers les plus modestes.

D’autres aides financières permettent aux particuliers d’effectuer des travaux de rénovation énergétique à moindre coût sous certaines conditions :

  • la réduction d’impôt Denormandie pour les personnes achetant un logement à rénover dans l’une des 222 villes du programme Action Coeur. Le propriétaire bailleur réalisant des travaux à hauteur de 25 % minimum du prix d’achat peut bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu ;
  • l’éco-prêt à taux zéro. Cette solution de financement très avantageuse est ouverte aux particuliers propriétaires d’un bien construit avant le 1er janvier 1990 déclaré comme résidence principale. Ce dispositif est ouvert jusqu’en 2021 ;
  • la TVA à 5,5 %. Un taux réduit de TVA est appliqué pour la facturation de certains travaux de rénovation énergétique sur des logements construits depuis plus de deux ans ;
  • l’aide Habiter mieux sérénité de l’Anah. Cette aide d’un montant de 1 600 à 2 000 € est accordée aux propriétaires d’un logement de plus de quinze ans en fonction de leur niveau de revenu ;
  • les Aides des entreprises de fourniture d’énergie (CEE) sont proposées par les professionnels certifiés CEE pour faciliter le financement des travaux de leurs clients ;
  • le dispositif Coup de pouce économies d’énergie vise à lutter contre la précarité énergétique. Il permet le versement de la prime Coup de pouce chauffage ou de la  prime Coup de pouce isolation sous condition de revenu. Il prend fin au 31 décembre 2020  ;
  • le architecture écologique pour aider les foyers les plus modestes à régler leurs factures d’énergie ;
  • l’exonération de la taxe foncière pour les travaux d’économies d’énergie. Cette exonération temporaire peut être totale ou partielle. Seules certaines collectivités offrent cet abattement ;
  • les aides d’Action logement.

 

La rénovation énergétique, déjà encouragée par les pouvoirs publics depuis plusieurs années, est remise sur le devant de la scène grâce au plan de relance 2020 et à l’élargissement des conditions d’attribution de Maprimerénov. Toutefois, il est nécessaire de bien identifier les faiblesses du bâtiment et d’analyser le mode de vie de vos clients pour pouvoir leur conseiller les meilleures solutions.