Si le Lean Management a été créé dans le monde de l’industrie, il connaît désormais de nombreuses applications. On le retrouve notamment dans le secteur du bâtiment. On parle même de Lean Construction. Alors qu’est-ce que la méthode Lean et comment est-elle applicable au BTP ? Explications.

 

Qu’est-ce que le Lean Management ? Origines et principe

 

Le Lean Management est une méthode d’organisation industrielle du travail. Elle a vu le jour au Japon dans les années 50 au sein des usines Toyota, ce qui lui a valu le nom de Toyotisme jusque dans les années 80.

Le terme lean se traduit en français par le mot maigre. Pourtant, cette méthode comprend de nombreux aspects très riches d’enseignements pour les professionnels souhaitant gagner en productivité.

 

Quels sont les objectifs visés par le Lean Management ?

 

Le Lean Management vise deux objectifs principaux que sont la satisfaction client et l’augmentation de la rentabilité de l’activité de l’entreprise.

Pour y parvenir, la méthode s’attache à résoudre de la manière la plus efficace possible chaque problème rencontré durant la production. De plus, toutes les étapes et chaque aspect du processus sont optimisés que ce soit les matériaux, le temps, l’énergie dépensée.

 

lean-management-construction

 

C’est pourquoi, différents points sont abordés lors de la mise en place du Lean Management puis durant tout le cycle de vie de l’entreprise comme :

  • la chasse à la surproduction ;
  • la réduction des stocks ;
  • la réduction des délais ;
  • la maîtrise des coûts ;
  • l’optimisation des phases de transport ;
  • la montée en compétences ;
  • l’optimisation de la communication et de la circulation de l’information ;
  • l’amélioration significative de la qualité.

Le Lean Management permet ainsi d’organiser le travail de manière stable sur le long terme, ce qui augmente encore l’efficacité des équipes et lutte contre le gaspillage en tout genre. Avoir recours au Lean Management permet également d’amorcer la digitalisation de l’activité puisqu’il permet d’identifier les tâches répétitives et celles qui ont le moins de valeur ajoutée.

Les différents outils employés par la méthode Lean Management

 

Pour atteindre ces objectifs, le Lean Management se compose également d’une boîte à outils particulièrement fournie dans laquelle on retrouve :

  • les 5 pourquoi ;
  • les 5 S ;
  • Gemba ;
  • Hansei ;
  • Jidoka ;
  • Juste à temps ;
  • Kaizen ;
  • Muda ;
  • Mura ;
  • Muri ;
  • SMED ;
  • Takt time.

Les 5 pourquoi est un outil très efficace pour s’interroger sur la réelle utilité d’une tâche en allant chercher sa cause profonde. Comme son nom l’indique, pour l’utiliser il suffit de se demander cinq fois d’affilée pourquoi on fait telle ou telle chose.

Les 5 S quant à eux correspondent aux termes Seiri, Seiton, Seiso, Seiketsu et Shitsuke qui peuvent se traduire respectivement par : débarrasser, ranger, nettoyer, standardiser et éduquer.

De son côté, Gemba vise à concilier satisfaction client et rentabilité. Pour cela, le Lean Management considère que ce sont les personnes présentent sur le terrain qui connaissent le mieux leur environnement et donc qui sont le plus à même d’identifier les axes d’amélioration. Elles sont donc interrogées.

 

lean-management-gemba

 

La notion Hansei renvoie à l’autocritique et à la nécessité d’apprendre de ses erreurs. Toujours dans l’idée de traiter au mieux les erreurs, Jidoka est un système qui permet d’éviter les défauts de conformité en supprimant les causes. On parle également d’automation intelligente.

D’autre part, le juste à temps est le fait de réduire les stocks au strict nécessaire pour satisfaire les clients. On peut l’assimiler à une gestion des stocks à flux tendus. Et le Kaizen renvoie à la volonté d’amélioration continue des processus, pour avoir en permanence la gestion la plus optimale possible.

Par ailleurs, les outils Muda, Mura et Muri permettent de lutter contre les différentes formes de gaspillage.

Le SMED comprendre Single Minute Exchange of Die vise à limiter au maximum les temps perdus lors des changements d’outils ou d’équipe. Dans cette même optique de mieux gérer le temps de production, le Takt time permet de vérifier que le temps nécessaire à la production d’une certaine quantité est parfaitement calibré pour garantir la livraison en temps et en heure au client.

De plus, le Lean Management suit de nombreux indicateurs de performance (KPI) sur un tableau de bord.

 

Le Lean Management appliqué au secteur de la construction : le Lean Construction

 

Les professionnels du bâtiment doivent faire face à deux enjeux majeurs du fait de la situation économique et de l’accroissement de la concurrence. D’une part, ils doivent parvenir à trouver le juste équilibre en termes de prix pour préserver leurs marges tout en étant compétitifs. D’autre part, ils doivent veiller à la qualité des prestations afin de maintenir la confiance des clients et jouir d’une bonne réputation.

Le Lean Management peut les aider à passer cette transition. En effet, le Lean Management appliqué au secteur de la construction permet de mettre en place une démarche collaborative qui implique l’ensemble des membres de l’entreprise, des concepteurs aux ouvriers sur le chantier en passant par les commerciaux. C’est tout le processus qui est passé à la loupe et optimisé.

De plus, le Lean Construction est un parfait complément au BIM Management qui lui aussi se repose sur une démarche collaborative et prend en compte tout le cycle de vie du bâtiment. La réussite du projet ne tient plus uniquement compte de la maîtrise des coûts, et intègre la qualité à chaque étape.

Le Lean Construction permet donc d’adopter une organisation globale et pérenne qui améliore la productivité et la satisfaction des clients.

 

Le Lean Management a donc su s’adapter au secteur du BTP pour en faire une méthode de travail qui accroît la rentabilité de l’entreprise du bâtiment tout en œuvrant pour le développement durable, grâce notamment à la réduction des déchets.