La toiture végétalisée est devenue une réalité. Une réalité que l’on ne peut plus ignorer tellement cette pratique d’architecture écologique présente d’avantages. Toutefois, le fonctionnement de la toiture végétalisée, son installation et son entretien peuvent encore paraître nébuleux. C’est pourquoi nous avons décidé de tout vous expliquer à propos du toit végétal.

 

Qu’est-ce qu’une toiture végétalisée ?

 

Définition de la toiture végétale

 

La toiture végétalisée, également appelée toit végétal ou plus scientifiquement PCVH (Paroi Complexe Végétalisée Horizontale), est un type de revêtement qui consiste à installer des végétaux sur une toiture en lieu et place des tuiles.

Ce toit vert permet de protéger “l’immeuble du futur” des intempéries tout comme une toiture traditionnelle.

 

Les différents types de toit végétal

 

Il existe trois types de toiture végétalisée :

  • le toit végétal extensif nécessite peu de terre, à peine six centimètres. Il permet d’accueillir de la mousse et des plantes grasses et ne demande que peu d’entretien. Il est particulièrement recommandé pour recouvrir les grandes surfaces ;
  • le toit végétal intensif implique de poser davantage de substrat (entre 20 et 60 cm) ce qui permet de pouvoir planter des arbustes ou de petits arbres puisque les racines peuvent s’enfoncer. L’installation est plus complexe, l’intervention d’un professionnel est préconisée. Ce type de toiture végétalisée demande un entretien régulier ;
  • le toit végétal semi-intensif permet de planter du gazon, des plantes vivaces ainsi que des arbustes. L’entretien est réduit par rapport à la toiture végétale intensive. Il est idéal pour les toits terrasses.

 

toiture-vegetalisee-plantes

 

L’installation d’une toiture végétalisée

 

Avant de se lancer dans l’installation d’une toiture végétalisée, il est important de vérifier que le toit est en capacité d’accueillir le projet. En effet, elle doit pouvoir supporter le poids de la terre qui peut atteindre 200 kg par mètre carré pour un toit végétal extensif et jusqu’à deux tonnes pour un toit végétal intensif.

De plus, le toit doit être incliné avec un angle compris entre 1 et 45 degrés.

 

Les différentes couches

 

La toiture se compose de substrat et de plantes, mais cela ne s’arrête pas là. Différentes couches de matériaux sont nécessaires pour installer un toit végétal.

En premier lieu, le toit en lui-même est installé puisqu’il s’agit du support sur lequel les autres matériaux vont être fixés.

Un pare vapeur est ensuite positionné afin d’éviter que la condensation et l’humidité n’entrent dans la maison. L’isolant thermique peut alors prendre place avant d’accueillir la couche d’échantéité. Cette membrane empêche les racines de venir détériorer la structure

du toit.

Pour compléter l’installation, une couche drainante est installée afin de faciliter la circulation de l’eau. S’ensuit alors la couche filtrante qui évite l’obstruction de la couche drainante.

Ce n’est qu’une fois ces six premières étapes respectées que le substrat, c’est-à-dire la terre peut être installé puis les plantes.

 

Quelles plantes choisir pour un toit végétal ?

 

Pour composer une toiture végétale, plusieurs types de plantes peuvent être utilisés.

On retrouve majoritairement les plantes grasses, les plantes vivaces et les graminées.

En effet, ce sont des plantes robustes qui s’adaptent facilement à leur environnement.

 

Comment entretenir une toiture végétalisée ?

 

Une toiture végétalisée nécessite un entretien régulier.

Le tapis végétal doit faire l’objet d’une surveillance accrue puisqu’aucun trou ne doit se créer. Les plantes mortes doivent donc être remplacées rapidement.

De plus, une à deux fois par an, il faut vérifier que le toit est en parfait état et notamment que l’étanchéité fonctionne toujours tout comme le système d’évacuation de l’eau. Le recours à un professionnel est souvent nécessaire.

 

Pourquoi choisir une toiture végétalisée ?

 

toiture-vegetalisee-construction

 

Les avantages de la toiture végétale

 

La toiture végétalisée est un isolant thermique très performant qui offre également le confort d’une maison fraîche en été et chaude en hiver. Elle permet donc de réaliser des économies sur les factures d’énergie.

Tout comme la façade végétalisée, elle favorise la biodiversité et purifie l’air environnant ce qui particulièrement appréciable en zone urbaine. Le toit végétal est donc écologique.

Elle est également très esthétique.

 

Les inconvénients

 

Au-delà de l’entretien régulier qu’implique une toiture végétalisée, il existe d’autres inconvénients à prendre en compte.

Il peut être difficile de détecter et de réparer une fuite sur un toit végétal.

De plus, des animaux comme les oiseaux peuvent investir les lieux.

Par ailleurs, tous les toits ne sont pas compatibles avec une couverture végétale. Ainsi, un toit avec une forte pente ne peut pas accueillir une toiture végétalisée. Certaines rénovations sont donc exclues de son champ d’application.

Enfin une toiture végétalisée représente un certain coût. Il faut compter en moyenne :

  • entre 25 et 70 € par mètre carré pour un toit végétal extensif ;
  • entre 110 et 320 € par mètre carré pour un toit végétal intensif ;
  • entre 50 et 80 € par mètre carré pour un toit végétal semi-intensif.

 

La toiture végétalisée est encore peu répandue notamment à cause de son coût important. Cependant, il est fort à parier que le nombre de demandes de clients va évoluer à la hausse au regard de la prise de conscience écologique en cours.

Share This