Container, cube en inox, « maison » sur pilotis, toutes ces solutions innovantes ont fait leurs preuves et séduisent un nombre de plus en plus grand de Français. Ils offrent des alternatives innovantes et écologiques au logement traditionnel.

 

Le container a le vent en poupe

En France, les maisons modulaires type Algeco ont encore du mal à prendre et souffrent d’une mauvaise image. Pourtant au Canada ou en Suède, ce type d’habitations prêtes-à-livrer séduit par ses prix très attractifs : autour de 26 322 euros pour 48 m2 pour le programme Boklok («Vivre malin ») lancé en 1996 par le géant Suédois Ikea. Car le container est peut-être l’une des solutions de demain pour répondre aux problèmes du logement. En témoigne le succès de Container City, les premières habitations mixant studios et bureaux nées en 2000 à Londres. Du coup, timidement mais sûrement, les initiatives sur notre territoire se multiplient. Les modules de 15 à 30 m2 se transforment en résidences universitaires ou maisons de particuliers, avec de beaux arguments : planchers en bois exotique et taule composée d’acier Corben, un matériau résistant durablement à toutes les nuisances atmosphériques. Pas cher, écologique puisque recyclé, modulable, facile à transporter, le container fait ses preuves.

Habitat cube, © Agence 2A Design

 

Les projets « habitat containers » en France

Au Havre, ce sont des résidences universitaires avec des chambres de 25 m2 qui ont vu le jour en 2010. Des containers qui font gagner 7m2 supplémentaire par rapport à un studio étudiant traditionnel. De nombreux particuliers se sont également passionnés pour ce type de construction qui permet de jouer sur la créativité à moindre coût. Il faut en effet compter entre 1500 à 2000 euros le m2 soit de 20 à 30 % moins cher qu’une construction traditionnelle pour un montage qui se fait en quelques mois. A Brest, ce sont 12 maisons accessibles en PSLA (location accession) dont des T4 de 82m2 qui seront commercialisés autour de 160 000 euros et seront assemblées en 4 mois. Une première pour Brest Métropole Habitat et Georges Bellour, son directeur général, qui revient sur ce choix audacieux :

« Notre organisme est dans une politique de renouvellement de notre architecture. Nous étions à la recherche de concept innovant dans un secteur, la construction, qui reste par certains aspects assez conservateur. Or nous avons une forte demande des jeunes ménages qui ont compris que nous étions en avance en proposant ce type d’habitation. »

C’est aussi le délai de construction réduit, 4 mois, qui a séduit Brest Métropole Habitat qui commercialise ces maisons sous sa propre marque Tymmo. L’organisme qui poursuit sur sa lancée avec d’autres projets dont des bâtiments en dur mais avec un toit construit avec un container.

 

Une pièce à vivre supplémentaire modulable

Besoin d’une pièce en plus ? L’architecte d’intérieur Frederic Tabary propose un cube en inox et en verre de 9m2 qui vient se poser directement au sol. Pas besoin de permis de construire, une simple déclaration préalable en mairie suffit, puisqu’il ne possède pas de dalle. Il faudra compter 9250 euros TTC et une journée pour l’installer (2h30 par les équipes du Cube). Un concept qui séduit aussi bien les particuliers, que les professionnels du tourisme et de l’évènementiel. «  Nous n’avons pas de limite en terme de développement. La polyvalence du produit fait que c’est un véritable Lego® ! ». Le cube est chauffable, aménageable, il y a la possibilité de mettre de l’eau. Toutes les pièces sont agençables entre elles. Dans 18 m2 , on peut y installer une salle de bains, 2 chevets, 1 canapé ou 1 lit, 1 cuisine, 1 salon, 2 larges verrières et 1 terrasse. Une solution en kit qui séduit aussi les territoires puisqu’une version du cube « à marées » sur un flotteur devrait voir le jour et offrir des nuits insolites devant le port de Ploumanac’h, élu village préféré des Français. Même les grands designers se sont penchés sur la question de ces logements modulaires. On se souvient du Nichoir de Matali Crasset qui fait partie des 4 maisons sylvestres des Vents de Forêts, ce parcours d’art dans la forêt lorraine. Des structures légères sans fondation qui peuvent se poser partout et accueillent les randonneurs dans des chambres d’hôtel écologiques au confort simple.

Un projet artistique expérimental mais qui pourrait apporter toujours plus d’idées innovantes au monde de la construction et du logement…