Pouvoir candidater à un appel d’offres peut être une formidable opportunité pour une petite ou une moyenne entreprise. Pourtant, elles y renoncent souvent, car elles pensent être exclues de ce type de projets ou parce qu’elles y voient une procédure trop lourde et complexe pour leur petite structure. Pourtant des mesures ont été prises pour faciliter l’accès des petites entreprises aux gros appels d’offres.

 

Quels sont les avantages pour une petite entreprise de participer à un gros appel d’offres ?

 

Les PME considèrent souvent les appels d’offres comme inaccessibles. Pourtant, elles peuvent aussi candidater à des gros appels d’offres. Cela présente des avantages non négligeables.

En effet, participer à un appel d’offres signifie généralement un contrat conséquent en termes de chiffre d’affaires. De plus, en travaillant pour les pouvoirs publics, vous êtes assurés d’être payés.

Par ailleurs, intégrer des appels d’offres permet de développer votre réseau professionnel, de gagner en visibilité et en crédibilité. Votre réputation est impactée positivement ce qui peut vous aider à trouver de nouveaux chantiers par la suite.

 

Les mesures prises pour faciliter l’accès des petites entreprises aux gros appels d’offres

 

petites-entreprises-gros-appels-offres-chantier

 

Les pouvoirs publics ont pris conscience de la complexité que peut représenter un appel d’offres pour une petite entreprise. En effet, le dossier de candidature peut être relativement lourd à constituer et les clauses standards inadaptées à de petites structures. C’est pourquoi différentes mesures ont été prises pour faciliter l’accès des petites entreprises aux gros appels d’offres.

Une volonté affirmée depuis quelques années

 

La volonté de faciliter l’accès des PME aux gros appels d’offres s’est manifestée dans un premier temps avec le décret du 25 mars 2016.

Les nouvelles mesures instituées par ce décret prévoient notamment l’allotissement des marchés publics. Cela signifie que l’entité publique qui occupe le rôle d’acheteur, a l’obligation de découper le marché public en plusieurs lots. Ainsi, même les petites entreprises peuvent intégrer de gros appels d’offres.

De plus, depuis cette réforme, l’acheteur ne peut plus exiger que le chiffre d’affaires du candidat excède deux fois le montant du marché ou du lot.

Par ailleurs, depuis le 1er octobre 2018, la procédure d’appel d’offres est dématérialisée. Cela facilite grandement la constitution du dossier.

En outre, pour permettre aux petites entreprises d’avoir la trésorerie nécessaire pour assumer le lancement des travaux, le montant des avances a été augmenté et le délai de paiement réduit à trente jours.

 

Le décret du 22 juillet 2020

 

Dans son plan de relance 2020 conséquence de la crise sanitaire et économique induite par le Covid-19, le gouvernement a souhaité élargir encore davantage l’accès aux appels d’offres aux petites entreprises.

C’est pourquoi, il a fixé un seuil provisoire de 70 000 € HT pour les marchés publics de travaux. En dessous de ce seuil, le marché peut être conclu sans publicité et sans mise en concurrence préalable. L’objectif visé est d’accélérer la signature des contrats pour relancer le plus rapidement l’activité des entreprises du bâtiment.

Toutefois, certains craignent que cette absence de transparence ne favorise les entreprises qui ont déjà l’habitude de travailler avec les acteurs publics au détriment des petites structures qui ne le faisaient pas jusqu’à maintenant.

 

petites-entreprises-gros-appels-offres-contrat

 

Les bonnes pratiques à adopter par les petites entreprises pour intégrer les gros appels d’offres

 

L’Observatoire économique de la commande publique (OECP) a rédigé un guide pour simplifier l’accès des petites entreprises aux appels d’offres. Il s’adresse aussi bien aux pouvoirs publics qu’aux petites entreprises. Parmi les préconisations, on retrouve :

  • l’analyse précise des besoins ;
  • l’allotissement des marchés ;
  • la fixation de critères clairs et précis pour le choix des candidats ;
  • la préparation de la négociation ;
  • la confidentialité des offres ;
  • etc.

 

Les petites entreprises peuvent tout à fait intégrer de gros appels d’offres. Pour mettre toutes les chances de leur côté pour remporter le marché, elles peuvent suivre le guide des bonnes pratiques de l’Observatoire économique de la commande publique. Si malgré les mesures pour faciliter l’accès des petites entreprises aux appels d’offres, vous craignez que cela ne soit trop compliqué, vous pouvez également y participer en tant que sous-traitant de l’un des candidats.