Le marché du bâtiment est un pilier de l’économie française. Il se situe entre l’industrie et les banques et assurances. Malgré des chiffres encourageant en 2019, le marché du bâtiment a été affecté par la crise du COVID-19. Toutefois, les perspectives restent optimistes pour les années à venir notamment du fait des exigences réglementaires en matière de performance énergétique. D’autant que les pratiques sont en train d’évoluer pour moderniser le marché du bâtiment.

 

Le marché du bâtiment, rappel de définition

 

Le domaine du BTP se compose de trois grandes familles :

  • la construction spécialisée qui regroupe le gros oeuvre et le second oeuvre ;
  • la construction et la promotion immobilière qui fait principalement intervenir les promoteurs immobiliers pour la conception et la vente des programmes ;
  • le génie civil et les travaux publics qui correspondent aux travaux réalisés majoritairement pour les collectivités et l’Etat.

Le marché du Bâtiment correspond à la construction spécialisée et à la promotion immobilière ce qui représente un tiers des effectifs du BTP.

 

Les chiffres clés du marché du bâtiment

 

Selon les chiffres 2019 communiqués par la Fédération Française du Bâtiment (FFB), le marché du bâtiment connaît une croissance constante depuis quatre ans.

Il regroupe 403 000 entreprises et 121 000 salariés qui réalisent des travaux pour un montant global de 148 milliards d’euros hors taxe.

Le nombre d’opération ayant augmenté de 1,2 % en 2019, le marché du bâtiment a permis de créer 34 000 emplois.

 

Les prévisions 2020 face à la crise COVID-19

 

marche-du-batiment-construction

 

La FFB avait annoncé un “atterrissage en douceur” pour le marché du bâtiment suite aux bons résultats inattendus en 2019. Mais c’était sans compter sur les conséquences du COVID-19 et du confinement.

En effet, le premier semestre 2020 a fortement été entaché par la crise sanitaire. Preuve en est le faible nombre de permis de construire délivrés ces derniers mois.

Toutefois, l’activité semble reprendre à la sortie du confinement, la plupart des chantiers ayant été repoussés et non annulés. De plus, la reprise d’activité génère de nouvelles commandes.

Le secteur de la construction semble plus impacté que celui de la rénovation. Les propriétaires sont de plus en plus nombreux à entamer des démarches pour améliorer les performances énergétiques de leur logement.

La rénovation énergétique annonce donc de bonnes perspectives pour le secteur du bâtiment.

 

Le défi du marché du bâtiment : la performance énergétique

 

Le bâtiment est le premier consommateur d’énergie en Europe que ce soit pour la construction ou durant tout son cycle de vie. La performance énergétique est donc devenue un véritable enjeu qui suscite les encouragements du gouvernement français.

Ainsi, la RT 2020 qui vient succéder à la RT 2012, va encore plus loin en exigeant que les bâtiments nouvellement construits relèvent de la certification BEPOS (bâtiment à énergie positive). Ils doivent donc produire davantage d’énergie qu’ils n’en consomment.

Les entreprises qui se sont spécialisées dans la performance énergétique, pour la construction ou la rénovation, devraient donc parvenir à tirer leur épingle du jeu.

 

Tendance : Changements de pratique  pour la conception des bâtiment

 

marche-du-batiment-bim

 

Le marché du bâtiment se digitalise. Outre les logiciels de gestion et de suivi de chantier qui permettent de gagner en productivité et donc en compétitivité, les professionnels du secteurs ont de plus en plus recours au BIM.

Le Building Information Modeling permet de concevoir un projet de construction de manière collaborative. La maquette numérique 3D permet de visualiser chaque élément du bâtiment et d’anticiper les problématiques avant de passer à la phase de construction. Ce mode de conception est également très utile pour mettre en place les mesures nécessaires à la protection de l’environnement.

 

Le marché du bâtiment se transforme, mais n’est pas prêt de disparaître. La crise du COVID-19 a fortement impacté le secteur du fait de l’arrêt imposé des chantiers, mais l’activité reprend depuis le déconfinement. Les pratiques évoluent et la rénovation énergétique est une filière qui a vocation à se développer durant les années à venir.

Share This