La performance énergétique des bâtiments est l’une des principales préoccupations contemporaines du fait des conséquences directes sur l’environnement. Toutefois, le confort des occupants d’un bâtiment ne doit pas être négligé. Or, l’exposition au bruit à l’intérieur peut être perçue comme une nuisance voire comme une pollution sonore. C’est pourquoi, l’isolation phonique est également un enjeu important à prendre en compte lors de la construction ou à défaut lors des travaux de rénovation.

 

Qu’est-ce que l’isolation phonique ? Les grands principes

 

L’isolation phonique aussi appelée isolation acoustique consiste à insonoriser la maison pour limiter les nuisances dues aux bruits provenant de l’extérieur du logement, mais aussi de l’intérieur.

Elle nécessite d’utiliser des techniques et des matériaux autres que ceux utilisés pour l’isolation thermique.

On distingue trois principaux types de bruits : les bruits aériens, les bruits d’impact et les bruits d’équipement. Tous peuvent nuire au confort des habitants.

Pour éviter la propagation du bruit à travers les parois extérieures et intérieures du bâtiment deux principes peuvent être appliqués.

D’une part, la loi de masse qui dispose énonce que plus un matériau est lourd, plus il atténue le bruit. Cela implique d’avoir recours à des matériaux très lourds comme une paroi en béton et donc d’avoir des fondations suffisamment solides pour les recevoir.

C’est pourquoi, la loi masse ressort est davantage utilisée. Il s’agit alors de mettre en place deux parois présentant une masse importante et d’intégrer un élément ressort entre les deux.

 

Quelle est la réglementation applicable en matière d’isolation phonique ?

 

isolation-phonique-mur

 

Entrée en vigueur en 1996, la nouvelle réglementation acoustique ou NRA énonce les principales règles à respecter pour l’isolation phonique des maisons individuelles, des maisons mitoyennes ou jumelées et des logements collectifs.

Une mise à jour de la NRA est intervenue en 2000. De nouvelles exigences ont alors vu le jour telles que :

  • un niveau d’isolation minimum de 53 dB entre les habitations pour réduire les bruits aériens intérieurs ;
  • un niveau d’isolation minimum de 30 dB au minimum des façades ;
  • un niveau de 58 dB maximum pour les bruits d’impact ;
  • une amélioration significative de l’isolation des parties communes dans les habitats collectifs ;
  • une réduction du bruit provenant des équipements, notamment quand ils sont situés dans un logement voisin.

 

Quelles sont les différentes techniques d’isolation acoustique ?

 

En fonction de la typologie du projet, construction ou rénovation, mais aussi de la configuration du logement, différentes techniques peuvent être utilisées pour l’isolation acoustique.

L’isolation acoustique par le sol est idéale pour diminuer les bruits d’impact. Un matériau d’isolation phonique est alors installé entre la dalle et le plancher, par exemple en dessous du parquet pour amortir le bruit des pas notamment. Cependant la couche d’isolant peut atteindre 10 cm dans certains cas, ce qui peut rendre l’utilisation technique difficile dans le cadre d’une rénovation énergétique.

L’isolation phonique peut également se faire par les murs. Elle permet de lutter efficacement contre les bruits extérieurs ou provenant d’un logement mitoyen. Toutefois, l’isolation par les murs consiste le plus souvent à doubler les murs ce qui conduit à réduire la surface habitable.

Autre solution pour isoler du bruit une habitation, l’isolation par les fenêtres en optant pour du double vitrage par exemple. L’efficacité de ce type d’isolation phonique repose principalement sur une pose parfaite pour éviter la présence de ponts phoniques. Il en est de même pour l’isolation des portes.

Il est également possible de réaliser une isolation phonique par les plafonds. Il s’agit alors de poser un faux-plafond en plâtre. Cette technique permet uniquement de réduire les bruits aériens venant de l’étage supérieur. Par ailleurs, elle réduit la hauteur sous plafond ce qui peut être dérangeant.

Enfin, l’isolation phonique absolue permet d’isoler à la fois le sol, les murs et le plafond comme cela peut être le cas dans un studio d’enregistrement.

 

Quels matériaux sont utilisés pour l’isolation phonique ?

 

isolation-phonique-materiau

 

Pour réaliser l’isolation phonique, plusieurs matériaux isolants peuvent être utilisés :

  • la ouate de cellulose ;
  • le liège ;
  • la fibre de bois ;
  • la paille ;
  • la laine de mouton ;
  • la laine de verre ;
  • le pan-terre ;
  • le polystyrène ;
  • le polyuréthane.

Combien coûte l’isolation phonique d’un logement ?

 

Pour une isolation phonique réalisée par un professionnel, il faut compter en moyenne entre 60 et 90 € de l’heure pour la main d’œuvre et entre 5 et 25 € le mètre carré de matériau.

Mais le coût de l’isolation phonique dépend également de la technique utilisée. Ainsi, pour une isolation par le sol, le prix du matériau peut varier de 9 à 25 € le mètre carré, alors que pour une isolation par les murs, ce prix varie généralement de 5 à 20 €.

Pour une isolation phonique par les fenêtres, le budget moyen est davantage compris entre 50 et 200 e le mètre carré.

 

L’isolation phonique participe grandement au confort des occupants d’un bâtiment. Afin d’éviter les désagréments liés au bruit, différentes techniques et matériaux peuvent être utilisés. Toutefois, il est plus facile d’isoler efficacement un bâtiment du bruit lorsque des dispositions sont prises dès sa conception.