Le monde de la construction est en pleine évolution, si ce n’est en pleine transformation. La digitalisation croît, les métiers évoluent ainsi que les besoins des occupants des bâtiments de demain. Le hors-site est une solution qui se développe partout dans le monde et notamment dans les grandes villes. Pourtant, la France semble rester en retrait alors même que le hors-site ne semble présenter que des avantages.

 

Qu’est-ce que le hors-site ?

 

La construction hors-site également connue sous le nom de construction modulaire ou de Off-site building chez nos voisins anglo-saxons, est un mode de construction qui repose sur deux piliers que sont la préfabrication et l’industrialisation.

Les techniques de Design for Manufacture and Assembly (DfMA) et de LEAN Manufacturing très couramment utilisées dans le secteur de l’industrie sont d’ailleurs reprises dans le cadre de la construction hors site. Il en est de même du principe d’amélioration continue.

 

hors-site-construction

 

La construction hors site se décompose en deux étapes :

  1. la préfabrication en atelier d’un grand nombre d’éléments avec un important niveau de finition. En moyenne, 30 à 40 % des éléments peuvent être préfabriqués, mais il est possible d’aller jusqu’à 80 % selon les projets ;
  2. l’assemblage des éléments sur le chantier.

Ce mode de construction est particulièrement intéressant pour les entreprises du bâtiment qui souhaitent réaliser des gains de productivité importants, ainsi que pour les maîtres d’ouvrages qui souhaitent challenger le prix des ouvrages.

 

Quels sont les éléments pouvant être fabriqués hors site ?

 

De très nombreux éléments peuvent être préfabriqués de manière industrielle en atelier ou en usine. C’est par exemple le cas :

  • des menuiseries intérieures et extérieures ;
  • des murs en ossature bois ;
  • de la charpente ;
  • de l’isolation ;
  • des systèmes de ventilation ;
  • du chauffage ;
  • de certains éléments en béton ;
  • etc.

Le projet sera encore davantage optimisé si les éléments préfabriqués sont également assemblés hors site.

 

Pourquoi choisir le hors-site comme mode de construction ? Les avantages

 

hors-site-modulaire

 

La construction hors site présente de nombreux avantages.

Tout d’abord, la qualité des ouvrages est améliorée. Il est en effet plus facile de veiller à la qualité dans une usine que sur un chantier. Chaque élément peut faire l’objet d’un contrôle qualité.

De plus, la construction hors-site permet en moyenne de réduire les délais de livraison en les divisant par deux.

La préfabrication permet non seulement de faire mieux et plus vite, car la majeure partie du temps d’un projet est consacrée à la conception. L’exécution, c’est-à-dire la fabrication en usine, se fait ensuite de manière fluide puisque tout a été orchestré en amont.

Le hors-site permet ainsi de réduire les coûts et notamment les surcoûts liés aux retards de livraison. Les gains de productivité sont notables ce qui est particulièrement apprécié dans le secteur du bâtiment où la baisse de la productivité est estimée à 20 % en 20 ans.

Par ailleurs, la construction hors-site permet de réduire l’impact environnemental de la construction. Une étude américaine montre qu’à matériau égal, la construction modulaire permet de réduire de 30 % le bilan carbone de la construction.

De plus, la fabrication en usine permet d’éviter le gaspillage de matière première, mais aussi d’organiser le recyclage des déchets plus efficacement.

Ce mode de construction permet d’autre part de réduire les nuisances sur le chantier notamment en termes de bruit.

Enfin, la construction hors-site est un moyen efficace de construire en plus grande quantité des logements de qualité et ce de manière rapide. Il peut donc s’agir d’une solution à envisager pour répondre à la problématique du manque de logements dans les zones urbaines.

C’est pour toutes ces raisons que certaines villes imposent la construction hors-site comme mode de construction comme à Singapour où les bâtiments doivent être préfabriqués à 65 % au minimum.

Le hors-site est donc un parfait complément au BIM qui permet de centraliser toutes les informations d’un projet de construction dans un seul outil et qui se traduit par une maquette numérique 3D. Les deux méthodes étant en effet basées sur le travail collaboratif et la recherche de standards.

 

Le hors-site obéit donc à un nouveau modèle économique qui n’est plus centré sur le chantier avec une organisation en silo, mais organisé de manière transverse avec en son cœur la préparation et la préfabrication. Les nombreux avantages offerts par le hors-site en font l’un des axes principaux à développer pour la modernisation du secteur du bâtiment, dont les acteurs devront être formés et accompagnés dans cette transition.