Saviez-vous qu’un accident du travail sur cinq est dû à une chute de plain pied ? Souvent sous-estimé par rapport au risque de chute en hauteur, la chute de plain pied représente un réel risque pour les salariés. Cela est d’autant plus vrai sur les chantiers de construction. Alors, comment se définit une chute de plain pied ? Quelles sont les causes et les conséquences ? Comment les prévenir efficacement ? Comment la prévention et la sécurité sur un chantier est-elle gérée ? C’est ce que nous vous proposons de vous présenter dans cet article.

 

 

Chute de plain pied : définition et conséquences

 

La commission européenne définit une chute de plain pied de la manière suivante : « les glissades, trébuchements, faux-pas et autres pertes d’équilibre sur une surface “plane” […] y compris si la victime a pu rétablir son équilibre et qu’il n’y a pas, à proprement parler, chute. Ne sont prises en considération que les surfaces ne présentant aucune rupture de niveau ou bien des ruptures de niveau réduites (trottoir, petites marches, plan incliné, etc.) ». Ainsi, dès lors qu’il y a une élévation, la chute est qualifiée comme étant en hauteur.

Les conséquences d’une chute de plain pied peuvent être bénignes ou plus graves en fonction de la dangerosité de l’environnement dans lequel l’accident se déroule. En perdant l’équilibre, la personne peut, par exemple, tomber sur un objet dangereux.

En général, en cas de chute de plain pied, on constate des blessures cutanées ou ostéo-articulaires (entorses, foulures,fractures, etc.). Toutefois, une telle chute peut également engendrer des dommages plus graves comme un traumatisme crânien et mettre en cause le pronostic vital de victime. Les risques professionnels sont un point très important dans le secteur du bâtiment. C’est pourquoi depuis 1947, l’OPPBTP (Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics) a pour mission de contribuer à la promotion de la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles ainsi qu’à l’amélioration des conditions

 

chute-de-plain-pied-securite

Chute de plain pied, la résultante de plusieurs facteurs

 

 

En cas de chute de plain pied, le risque est rarement évidemment. C’est davantage le cumul de facteurs et l’environnement qui vont entraîner la dangerosité que la situation elle-même. Ainsi, marcher ne représente pas intrinsèquement un danger. Pourtant, dès lors qu’un objet sera au sol alors qu’il ne le devrait pas et/ou que la personne est inattentive alors le risque de survenance d’un accident est accru. Du fait de la banalité de la situation, le salarié aura tendance à être moins vigilant.

Pourtant les situations dangereuses pouvant entraîner une chute de plain pied sont nombreuses :

  • sol glissant du fait des conditions climatiques (pluie, verglas, neige,…)
  • pollution et déchets mal traités ;
  • voies de circulation difficilement praticables ;
  • méconnaissance des lieux ;
  • etc.

D’autre part, les chutes de plain pied font moins souvent l’objet de l’attention des employeurs car souvent considérées comme moins graves et dues au hasard. Toutefois la prévention en terme de sécurité sur les chantiers fait des progrès dans le monde du BTP pour prévenir ce type de risque.

chute-de-plain-pied-risque

 

La prévention des risques de chute de plain pied nécessite une approche globale

 

 

Il appartient au chef d’entreprise de prévenir ces situations à risque pour éviter qu’un salarié ne se blesse suite à une chute de plain pied. En effet, ces situations doivent être identifiées dans le Document Unique de Sécurité (DUS).

Le chef d’entreprise doit ainsi veiller à l’organisation de l’espace de travail, à l’environnement physique pouvant entraîner une baisse d’attention, et à l’activité en elle-même.

Il doit en autre et en amont du chantier organiser la circulation, le nettoyage, signaler les zones dangereuses, sécuriser les passages et s’assurer du bon éclairage des lieux.

Il doit également prévoir de mettre à la disposition des salariés les équipements de protection adaptés tels que des chaussures antidérapantes.

Souvent mal identifiées les causes de chute de plain pied ont tendance à être négligées. Pourtant force est de constater que ce type d’accident du travail est très répandu. L’implication du maître d’oeuvre et la prévention sont des prérequis impératifs pour la protection des salariés travaillant sur les chantiers. D’autant qu’une chute même de plain pied peut représenter un coût important pour l’entreprise (manque d’effectif, remplacement, indemnité, image, etc).