Le 9 septembre dernier, Jean Nouvel était l’invité d’Augustin Trapenard dans l’émission Boomerang, sur France Inter. L’occasion pour l’architecte aux multiples réalisations de faire un point sur son métier et sa prise en compte dans les grands projets d’urbanisme. Le débat est ouvert…

 

Perte de pouvoir

Jean Nouvel, architecte

 

On ne présente plus Jean Nouvel, architecte et designer, dont les réalisations ont marqué les esprits : Musée du Quai Branly, Fondation Cartier pour l’Art Contemporain, Institut du Monde Arabe… Malgré un CV impressionnant et qui ne cesse de s’allonger malgré ses 70 ans, il estime que les architectes n’ont plus de pouvoir. « Ce ne sont plus eux qui décident les prix, qui choisissent les entreprises, regrette-t-il. Ils sont éliminés de toutes les grandes décisions urbaines préalables, qui sont désormais prises beaucoup plus souvent par les technocrates ou les grands ingénieurs. Le rôle sociétal de l’architecte est complètement remis en cause. Il n’y a plus personne pour défendre la politique urbaine. » Il estime que le rôle de l’architecte est de définir la nature culturelle du construit, d’être le défenseur des sensations, des émotions et des plaisirs, et l’avocat de ceux qui vont vivre les lieux.

 

L’architecte designer

En parallèle de cette perte de pouvoir, l’architecte porte de plus en plus souvent une casquette de designer. Il fait partie de ceux qui analysent le changement de vie de la population. « J’ai toujours fait des meubles parce que je faisais des bâtiments, en relation avec une situation ou une époque. J’essaie toujours de chercher l’essence des meubles. Un meuble au même titre qu’une architecture traduit quelque chose. Le meuble est une architecture intérieure. L’une des tendances actuelles est de faire cohabiter meubles anciens et récents. En tant que designer, il y a toujours l’imaginaire de l’objet qui va être aimé et qui va arriver de la bonne manière au bon endroit. Et l’on constate finalement que les mobiliers qui restent sont ceux des architectes : Le Corbusier, Prouvé… La plupart des éléments de design sont une sorte de savoir architectural appliqué à l’apport et non au support. »

Tous Duo : Jean Nouvel

L’important, c’est la vie

L’architecte brésilien Oscar Niemeyer a dit en 1968 : « L’architecture, de mon point de vue, sera toujours l’expression du moment où elle est réalisée. Mais je vais être sincère : je n’attache pas une si grande importance à l’architecture parce qu’en général, dans les pays capitalistes, les architectes travaillent pour une minorité. L’idéal, c’est quand il s’agit de travaux liés au collectif. Je pense que l’architecte, comme n’importe quel humain intellectuel ou artiste, doit s’intégrer dans les problèmes de la vie et faire en sorte de contribuer à la vie sociale. L’important, c’est la vie. »
Jean Nouvel acquiesce sur cette dernière phrase. Il avait rendu hommage à ce grand architecte, lors de sa mort en 2012, en disant qu’il était le « Matisse de l’architecture ». « C’est quelqu’un dans la recherche de l’ellipse, si l’on peut dire, reprend-il. Il utilise un minimum de moyens pour un maximum d’effets. Ses architectures sont très directes, très spectaculaires, basées sur la simplicité du geste. »

 

Se battre pour l’humain

« Et comment fait-on, quand on est partags entre mille projets aux quatre coins du monde, pour ne pas perdre l’humain de vue ? Pour participer à la vie sociale, au collectif ? », lui demande Augustin Trapenard. « Un architecte doit avoir des opinions assez claires sur ce qu’il se passe. Il voit beaucoup de choses, il est à un carrefour. Toute ma vie j’ai réagi. » En témoignent ses prises de position sur la façon de faire des villes en France, sur l’aménagement du quartier des Halles, sur la polémique concernant la Philharmonie de Paris, et sur la création d’un syndicat « pour défendre l’architecture et non pas les architectes. » « L’action dans le monde vivant, c’est pour moi l’un des corolaires de ce métier », conclue-t-il.

Son dernier projet : le permis de construire a été accordé par la Ville de Paris pour le projet de tours Duo de Jean Nouvel dans le XIIIème arrondissement de la capitale. Elels seront livrées en 2020.