La filière de la construction est traversée par une vague d’innovations sans précédent

 

Longtemps jugé peu innovant, le secteur de la construction entame sa métamorphose. Adoption du BIM, développement de nouveaux matériaux (béton translucide, matériaux biosourcés) et nouvelles méthodes de construction (cobotique), appropriation des nouvelles technologies (LiFi, impression 3D, réalité augmentée, blockchain) et nouveaux usages (plateformes de mise en relation), etc., la filière de la construction est traversée par une vague d’innovations sans précédent.

Face aux mutations de leur business, les acteurs traditionnels ont bien compris la nécessité de s’approprier ces nouvelles technologies pour renforcer ou maintenir leurs avantages concurrentiels. En interne, ils se réorganisent, créent de nouvelles divisions, favorisent l’intrapreneuriat et investissent en R&D. Mais pas seulement. Open innovation et croissance externe favorisent également l’adoption des nouvelles technologies par les Vinci, Eiffage et autres Saint-Gobain.

Les acteurs traditionnels créent leurs propres incubateurs ou rejoignent ceux déjà existants, intégrant ainsi de nouveaux écosystèmes innovants au sein desquels les start-ups occupent une place de choix. Les jeunes pousses sont susceptibles d’aider les acteurs en place à accélérer, voire à optimiser leur transformation. Et pour cause : leur maîtrise des technologies, leur agilité et leur flexibilité intrinsèques, leur capacité d’innovation, leur mode d’organisation sont autant d’avantages concurrentiels qui font parfois défaut aux acteurs plus traditionnels.

Les grands groupes sont également nombreux à investir dans de jeunes pousses de la construction via des acquisitions et/ou prises de participation. Évoquons par exemple l’entrée de Vinci Énergies, en mai 2018, au capital de la start-ups GreenMe, inventeur du cube IoT dédié à la qualité des environnements de travail. Ce sont donc bel et bien les start-ups, qui, dans la construction comme dans bien d’autres secteurs, se retrouvent aujourd’hui en première ligne.

 

Les start-ups de la construction se multiplient, et leur attractivité auprès des investisseurs se confirme

 

Jugez plutôt : plus de 304 start-ups de la construction en activité ont été recensées et analysées par Xerfi dans le cadre de l’Observatoire Construction Tech®. Elles sont spécialisées dans la sécurité des personnes & équipement de protection individuelle, le smart home, smart building & IoT, le BIM, 3D & réalité virtuelle, les solutions constructives et matériaux, l’énergie, efficacité énergétique & ENR, les plateformes d’intermédiation, la data, IA & blockchain ou la gestion de chantier.

D’après les travaux de Xerfi, le nombre de start-ups dédiées au secteur a été multiplié par 5 en 10 ans, avec plus de 200 start-ups créées depuis 2007, preuve du récent dynamisme de l’innovation dans la filière. En outre, près d’un quart des start-ups de la construction recensées par Xerfi avaient moins de 3 ans au moment de la réalisation de l’Observatoire.

Répondant à de nouveaux besoins, permettant des gains de productivité et intégrant les nouvelles technologies en réponse aux problématiques du bâtiment, les start-ups de la construction attirent les investisseurs. Nombreuses sont celles à avoir déjà levé des fonds ; elles étaient ainsi près d’un tiers au moment de la réalisation du panel Xerfi. Certaines ont même déjà réalisé plus d’un tour de table. Plus de 650 M€ avaient d’ores et déjà été levés par les start-ups du panel Xerfi en juin 2018 et les levées de fonds semblent encore s’accélérer. En volume, plus de la moitié de ces levées de fonds ont été réalisées au cours des deux dernières années.

 

Infographie - Construction Tech

Et ce n’est pas fini, sur le seul segment des PropTech près de 40 start-up sont créées chaque année

 

Depuis 2014, un mouvement significatif est en cours avec près d’une quarantaine de créations de PropTech par an, dans le crowdfunding immobilier, les plateformes de location d’espaces de travail partagés, le BIM, les nouveaux modèles locatifs ou transactionnels, etc. Une croissance qui accompagne la diffusion des outils numériques dans l’ensemble des professions immobilières, à la fois dans les compartiments de l’ancien et du neuf.

Toutes les catégories de PropTech ont connu des progressions fortes de leurs effectifs depuis 2010. Parmi les 240 identifiées par Xerfi, près de 20% d’entre elles sont directement en lien avec la conception, construction et exploitation et font ainsi partie intégrante de la Construction Tech®. La quasi-totalité des PropTech de la conception, construction et exploitation ont été créées au cours des sept dernières années.

À l’instar des PropTech, les start-ups de la Construction Tech sont loin d’avoir atteint tout leur potentiel de croissance. En effet, des évolutions fortes auront encore lieu ces prochaines années compte tenu du caractère naissant d’un certain nombre d’activités et des nouvelles possibilités offertes par les technologies (intelligence artificielle, blockchain, etc.). Pour les start-ups de la Construction Tech®, ce n’est finalement que le commencement.