Comment le BIM impacte-t-il les coûts et délais de construction ?

Dans le secteur de la construction, le BIM, qui signifie Building Information Modeling, fait de plus en plus d’amateurs. Considéré comme une petite révolution pour construire n’importe quel type de bâtiment, ce processus numérique ne date pourtant pas d’hier. Cependant, face aux enjeux de la construction responsable, le BIM est devenu un véritable atout pour les entreprises du BTP. Alors que la France a longtemps été à la traîne concernant l’utilisation de cette technologie, celle-ci est en phase de rattraper son retard depuis quelques années. Ainsi, tous les acteurs du bâtiment s’accordent aujourd’hui sur le fait que le BIM est l’avenir de la construction.

S’il permet aux différents intervenants d’un chantier de gagner en performance et d’éviter des erreurs ou malfaçons de conception, ce ne sont pas les seuls bénéfices du BIM. En effet, la réalisation d’une maquette numérique influence également les coûts et délais de construction. On fait le point.

Utiliser le BIM pour contrôler coûts et délais de construction-1

Quelle est la définition du BIM ?

Comme nous l’avons vu dans l’introduction, le BIM signifie ” Building Information Modeling “, un terme anglophone que l’on pourrait traduire par ” Modélisation des Informations du Bâtiment “. Vous l’avez donc peut-être compris, cette technologie consiste à créer une maquette 3D numérique, représentant le bâtiment en cours de construction. Sorte de plan virtuel où sont stockés un certain nombre d’éléments sur le projet, le BIM reste aussi et surtout un outil collaboratif, grâce auquel les acteurs du bâtiment peuvent communiquer de manière plus efficace.

Par conséquent, la maquette numérique accompagne les entreprises intervenantes sur le projet jusqu’à la livraison de celui-ci, et même au-delà . Effectivement, non seulement elle améliore les échanges et la communication entre les différents corps de métier, mais en plus, elle permet au propriétaire de l’ouvrage de conserver les données importantes sur celui-ci.

Particulièrement utile pour tous les acteurs du BTP, le BIM est une technologie en plein développement, que ce soit chez les maîtres d’ouvrage, dans les bureaux d’études, dans les cabinets d’architectes, ou même chez les constructeurs et fabricants de matériaux.

Quel est le coût du passage au BIM ?

En pratique, le BIM est un processus qui apporte de nombreux avantages aux entreprises. Parmi eux, on note par exemple la réduction des coûts de construction, en partie grâce à une meilleure gestion de la conception. En effet, celle-ci évite les erreurs et malfaçons de construction. Ces dernières peuvent non seulement allonger la durée d’un chantier, mais également nécessiter un budget d’intervention plus important pour l’entreprise concernée.

Toutefois, avant de se lancer dans cette technologie, il convient d’apprécier ce qu’implique une telle transition pour la société, notamment en ce qui concerne le ratio avantages/investissements.

Le matériel nécessaire pour le BIM

A ce sujet, il faut savoir par exemple que le BIM nécessite l’acquisition de plusieurs logiciels, sans oublier les salariés compétents pour les exploiter. En la matière, voici la liste du matériel qu’il faut se procurer pour pouvoir adopter cette technologie :

  • un logiciel de modélisation, qui permet de concevoir la maquette de la structure du bâtiment et de ses composants ;
  • un logiciel de simulation et de calcul, afin que celui-ci puisse faire des projections et chiffrages concernant l’exploitation du futur ouvrage ;
  • un logiciel de visualisation, pour obtenir un rendu 3D de la maquette et vérifier qu’elle correspond bien aux attentes architecturales ;
  • une plateforme virtuelle de collaboration, afin de rassembler l’ensemble des données et informations concernant les différents acteurs du projet.

Pour l’ensemble de ces logiciels, l’entreprise doit être consciente que le coût est relativement conséquent pour sa trésorerie. A titre d’indication, il faut compter un budget moyen de 17 000 à 19 000 euros pour les acquérir. Ce montant n’inclut évidemment pas la maintenance informatique, qu’il s’agisse des ordinateurs, logiciels, ou serveurs, ni même les stations de travail si ces dernières ont besoin d’être changées.

La formation nécessaire pour l’utilisation des logiciels

Même si les salariés des entreprises doivent être impliqués dans le processus du BIM, ces derniers ne peuvent pas maîtriser tous les logiciels nécessaires à cette technologie. En effet, il s’agit d’outils relativement complexes, dont l’utilisation nécessite une formation minimum. Peu importe le secteur concerné, il convient donc de nommer une personne qualifiée en charge de cette phase.

A ce titre, c’est l’entreprise qui doit prendre à sa charge le coût de la formation de l’employé concerné. En fonction des organismes formateurs et de la durée de la formation, le budget peut sensiblement varier. Toutefois, on estime qu’une entreprise doit investir plusieurs dizaines de milliers d’euros pour s’entourer de personnel compétent en matière de BIM.

Comment le BIM impacte-t-il les coûts de construction ?

Comme vous venez de le constater, le passage d’une entreprise au BIM a un coût conséquent pour cette dernière. Cependant, parmi les nombreux avantages de cette technologie, on recense notamment la réduction des coûts de construction lors d’un chantier. Ainsi, bien que l’investissement paraisse important, ce processus numérique peut potentiellement être rentabilisé en quelques projets.

Selon certaines études, voici quels seraient les bénéfices du BIM pour une entreprise qui l’applique sur un chantier ou même pour le propriétaire du bâtiment :

  • pour les entreprises directement impliquées dans la construction de l’ouvrage, la réduction du coût serait d’au moins 20 % sur la phase entière des travaux ;
  • pour les architectes et les maîtres d’ouvrages, la réduction du coût serait quant à elle de 5 % sur la phase entière de conception ;
  • pour le propriétaire de l’ouvrage, le chiffrage du gain est un peu plus compliqué à définir, même s’il est indéniable que le BIM optimise l’exploitation et la maintenance des équipements durant le cycle de vie du bâtiment.

D’après une étude anglaise, cette technologie a eu un impact conséquent sur la réduction du coût des infrastructures outre-Manche. En effet, sur un budget de 31 milliards de livres en 2017, l’économie réalisée grâce au BIM est estimée à environ 400 millions de livres.

Utiliser le BIM pour contrôler coûts et délais de construction-2

Comment le BIM impacte-t-il les délais de construction ?

Non seulement le BIM impacte les coûts de construction, en les réduisant de manière significative, mais en plus, il permet d’optimiser les délais d’un chantier. Grâce à une meilleure collaboration et une communication plus efficace des différents acteurs du projet, cette technologie entraîne un raccourcissement du planning de construction. Toutefois, ce n’est pas la seule raison, puisqu’il faut également chercher du côté des outils qui constituent ce processus numérique.

En ce qui concerne le planning justement, celui-ci peut être intégré à la maquette numérique dès la préparation du chantier. Il s’agit donc d’un avantage non négligeable pour l’entreprise, puisqu’elle dispose d’une meilleure visibilité sur les mois de travaux nécessaires à la construction de l’ouvrage. De même, celui-ci peut suivre les tâches du projet, qu’elles soient réalisées ou à faire, ce qui donne un aperçu en temps réel au maître d’ouvrage et aux différents autres acteurs intervenants.

Enfin, la maquette numérique permet de noter toutes les données et informations concernant le chantier, notamment les modifications apportées ou les problèmes constatés. Il s’agit par exemple d’un avantage pratique pour que les différentes entreprises n’aient pas à s’attendre mutuellement. Ainsi, même si tout dépend de la complexité du bâtiment en construction, la réduction des délais peut aller jusqu’à plusieurs semaines, en comparaison d’un planning traditionnel.

Nous vous recommandons ces autres pages :