Fonctionnalités et avantages des outils de collaboration numériques dans le cadre du Building Information Modeling (BIM)

Processus visant à mutualiser les informations émanant des différents acteurs d’un projet de construction (bâtiments, ponts, etc.), le BIM fait partie des méthodes en plein développement. Il répond en effet aux besoins d’estimation précise et de réduction des coûts, de rectification des erreurs, de qualité et de respect des délais.

Le développement de cette méthodologie est notamment permis par l’évolution des technologies dans la conception de maquette et le travail collaboratif. Pour bien utiliser le BIM, il faut en effet travailler sur une plateforme qui permet à chaque intervenant de compléter une maquette unique du bâtiment à construire, en suivant des étapes bien précises. Faisons donc le point sur le fonctionnement de ces plateformes collaboratives, ce qu’elles permettent de faire, et quels sont leurs atouts pour mener un projet jusqu’à sa phase finale ! 

Passage en revue des plateformes collaboratives BIM-1

Le logiciel collaboratif BIM : en quoi consiste-t-il ?

Avant de passer en revue de façon détaillée les fonctionnalités des plateformes numériques BIM, il s’agit de bien comprendre de quoi il s’agit. Bien souvent, on a affaire à une solution en ligne complète ou un logiciel autonome, intégrant plusieurs types d’outils : modélisation numérique d’une construction, étude et simulation des coûts, consultation des maquettes, etc. 

Mais le terme de ” plateforme ” et l’aspect collaboratif permettent d’aller plus loin : un outil de Building Information Modeling (ou Modélisation des Informations du Bâtiment) a pour but de faciliter la gestion et le partage des données au fil de l’avancée du projet virtuel, puis du chantier. Chaque corps de métier peut ainsi, en fonction de ses autorisations, accéder aux fichiers et ajouter ses propres éléments. 

Quelles sont les fonctionnalités intégrées à une plateforme collaborative BIM ?

Pour répondre aux besoins des différents acteurs d’un projet de construction (maître d’oeuvre, maître d’ouvrage, personne chargée de la mise en place et de la gestion du BIM, artisans, etc.), une plateforme BIM doit intégrer un certain nombre de fonctionnalités techniques et organisationnelles :

  • répartition des tâches entre les opérateurs, avec la possibilité d’établir un planning ;
  • outils de communication intégrés, tels que l’ajout d’annotations et de questions, l’envoi de notifications, etc., et l’utilisation du format BCF (BIM Collaboration Format) ;
  • contrôle de traçabilité et archivage des données, avec une chronologie des modifications réalisées ;
  • système de protection des données numériques, pour éviter leur diffusion auprès d’acteurs extérieurs au projet ;
  • assignation d’autorisations d’accès à certains fichiers selon les métiers et la phase du projet ;
  • numérisation, pour modéliser un bâtiment existant dans un but de rénovation notamment ;
  • superposition des maquettes, afin que chaque intervenant de l’équipe puisse intégrer ses propres éléments de manière indépendante tout en permettant de réaliser une synthèse ;
  • détection des problèmes d’interférence sur les maquettes ;
  • outils de simulation pour réaliser les diagnostics énergétiques, acoustiques, sécuritaires, etc.
  • compatibilité avec les formats principaux utilisés pour la réalisation de maquettes (idéalement sous le programme Open BIM, pour échanger des données, même lorsqu’elles émanent de logiciels différents). 

Tout ne figure pas au sein de cette liste, mais elle regroupe les fonctions les plus importantes que l’on peut attendre d’une plateforme collaborative pour le Building Information Modeling. D’autres éléments peuvent toutefois rendre ces plateformes encore plus efficaces, comme leur accessibilité via différents types d’appareils ou des fonctionnalités rendant leur utilisation plus intuitive. 

Passage en revue des plateformes collaboratives BIM-2

Comment ces plateformes numériques aident-elles les professionnels à bien utiliser la méthode BIM ?

Permettre une communication permanente et de qualité

Ce rapide passage en revue des fonctionnalités d’une plateforme BIM permet déjà de comprendre qu’elle est un atout de taille pour répondre à des problématiques organisationnelles.

En effet, le processus BIM implique une coordination sans failles entre les diverses entreprises concernées : chaque intervenant doit pouvoir visualiser, échanger et modifier la maquette à chaque phase du projet qui le concerne.

Et c’est en partie sur ce point que la plateforme collaborative BIM se distingue de la CAO (conception assistée par ordinateur), au sein de laquelle les différentes parties prenantes ne travaillent pas sur des données standardisées et des modèles communs. Avec une plateforme BIM, la communication entre les acteurs est considérablement améliorée, grâce à un environnement partagé : le numérique devient un outil pour constituer une équipe qui réalise un véritable travail de collaboration.

Réduire le temps passé sur les projets

Cette plateforme ouverte, permettant toutefois des restrictions selon les fichiers, est aussi synonyme de gain de temps, et donc de réduction des coûts, qui est l’un des enjeux du Building Information Modeling. Tout figure en un seul et même endroit, sans avoir besoin d’effectuer des retours de mails incessants avec chaque entreprise ou acteur indépendant. 

Le travail de gestion du projet BIM est également simplifié avec une plateforme collaborative. Il est possible de savoir en temps réel où en sont les plans, les maquettes, les travaux, etc. En quelques clics, il est par ailleurs facile de prévenir tel ou tel membre de l’équipe que des problèmes doivent être résolus ou que de nouveaux documents sont attendus pour passer à la phase suivante, par exemple.

Améliorer la qualité des projets proposés

On peut mentionner un autre avantage indéniable de ces types de plateformes : la possibilité de contrôle et une meilleure maîtrise des erreurs de conception et de construction au moment des travaux, améliorant ainsi la qualité globale du projet. 

Le fait de pouvoir réaliser des simulations et de tester diverses options avant la mise en oeuvre du projet final est aussi très intéressant pour les architectes, bureaux d’études et entreprises de construction. Il devient plus simple de passer en revue les différentes solutions envisageables et de choisir celle qui répondra le mieux aux attentes du maître d’ouvrage, aux contraintes du chantier ou aux considérations sur le plan du développement durable.

Mieux estimer les coûts et les délais

Dans le domaine de la construction, les coûts et les délais de livraison sont souvent au coeur des problèmes entre les différents acteurs. Heureusement, la plateforme numérique collaborative permet d’y remédier : en repérant rapidement les éventuelles erreurs et en effectuant les modifications sur la maquette, on peut rapidement estimer la différence de coût par rapport au montant initialement prévu

Il devient aussi plus facile d’anticiper et de réduire les coûts grâce à un travail précis de la conception : tout est clairement défini avant le début des travaux et les interactions entre les entreprises permettent d’optimiser la construction. A savoir également que le processus BIM et les logiciels afférents sont utilisés pour l’exploitation des bâtiments après leur construction, et peuvent dans ce cas permettre le travail de maintenance, la rénovation ou la déconstruction pour un coût minimal.

Répondre aux normes du BIM 

Les plateformes collaboratives s’avèrent également pratiques pour bien utiliser la méthode BIM, car elles répondent théoriquement aux normes établies pour la mise en place de tels projets.

En effet, il s’agit d’outils dont l’objectif est aussi de faciliter l’adoption de la démarche de Modélisation des Données du Bâtiment et de participer à son développement. Ces normes concernent notamment l’organisation des échanges, l’Environnement de Données Commun et les niveaux de détail requis.

L’utilisation d’une plateforme collaborative peut ainsi aider les entreprises dans leur maîtrise du processus BIM et l’adoption des bonnes pratiques, pour atteindre la certification de niveau 2. 

Nous vous recommandons ces autres pages :