Quelle est l’évolution du BIM en France ?

Le BIM, ou le Building Information Modeling, est une méthode de travail développée grâce à l’émergence des outils du numérique. Ce processus désigne la modélisation d’un ouvrage immobilier, grâce à une maquette numérique 3D, possible avant même que la construction de celui-ci ait débuté. Par le biais de ce concept, les différents métiers du bâtiment peuvent communiquer entre eux de façon optimale, puisque chacun a la possibilité de la compléter et de l’assortir d’informations liées à leur expertise. Depuis son développement, le BIM n’a eu de cesse de prouver son intérêt, notamment pour améliorer la conception du bâtiment ou la gestion des coûts et délais de construction.

Si la France a longtemps accusé un retard conséquent sur sa maîtrise du Building Information Modeling, cette dernière est en passe de se rattraper. En effet, les acteurs du secteur se montrent de plus en plus enclins à utiliser le BIM dans la construction de leurs projets immobiliers. Explications.

Evolution du BIM en France-1

Qu’est-ce que le BIM ?

Le Building Information Modeling, plus communément appelé par son acronyme ” BIM “, désigne la modélisation 3D d’un bâtiment, que ce soit au moment de sa construction ou lors de son exploitation. Lorsque cette dernière est réalisée dès la conception de l’ouvrage, l’ensemble des acteurs du bâtiment voit leur organisation et leur communication accrue par les avantages de cette technique.

Grâce à cette maquette numérique du bâtiment, ces informations et caractéristiques physiques ou fonctionnelles sont accessibles en temps réel. De la structure des murs aux fenêtres de l’ouvrage, en passant par les poignées de porte et le type de revêtement des sols, tous les équipements et matériaux de la construction sont modélisés et anticipés.

Alors que la modélisation 3D se montre particulièrement utile pendant les travaux de réalisation, elle n’est pas non plus dénuée d’intérêt pour l’exploitation de celle-ci. En effet, les données rassemblées à la conception peuvent être complétées au fil des années. L’évolution de la maquette est donc un atout considérable pour la gestion du bâtiment, mais aussi pour le développement de travaux futurs.

De plus, le BIM a un impact conséquent sur la qualité de la conception, puisqu’il permet de mieux prendre en compte les nouvelles normes et d’analyser chaque phase de la construction. Ainsi, les données fournies par la maquette permettent une meilleure maîtrise des coûts, sans oublier les délais de livraison du chantier qui n’en sont que mieux respectés.

Evolution du BIM en France-2

Comment le BIM s’inscrit-il dans la transition énergétique en France ?

Depuis quelques années, la France tente de rattraper son retard en matière de transition énergétique, notamment dans le secteur du bâtiment. A ce titre, l’évolution du numérique et des outils informatiques a permis d’aboutir à la conception et à la construction de bâtiments toujours plus responsables. Conséquence directe de cette prise de conscience, le BIM a vu son utilisation se démultiplier, au point de s’inscrire dorénavant comme l’un des outils phares de ces prochaines années.

Par le biais du Building Information Modeling, les entreprises du bâtiment peuvent répondre plus efficacement aux problématiques environnementales et écologiques, en anticipant par exemple la consommation énergétique des futurs ouvrages. Il s’agit donc d’un enjeu essentiel, surtout lorsqu’on sait que la réalisation d’un bâtiment a un impact direct sur les futures habitudes de ses occupants. Heureusement, la maquette numérique de l’ouvrage projette les différentes étapes primordiales d’une conception de qualité, que celles-ci concernent :

  • l’implantation du bâtiment ;
  • la morphologie de la construction ;
  • la taille des ouvertures ;
  • l’isolation de l’ouvrage ;
  • etc.

De manière générale, le BIM est un atout majeur pour les acteurs du bâtiment, puisque ce concept entraîne la construction de bâtiments toujours plus efficaces, mais aussi plus responsables, en limitant entre autres le gaspillage de ressources et de matériaux pendant la phase des travaux.

Où en est le BIM en France ?

Jusqu’en 2013-2014, la France était l’une des plus mauvaises élèves d’Europe en matière d’utilisation du BIM. Pourtant, dès 2015, la tendance s’est nettement inversée, puisque l’Hexagone accorde de plus en plus d’intérêt au Building Information Modeling. Aujourd’hui, une récente étude du Conseil National de l’Ordre des Architectes affirme même que le BIM fait partie intégrante de plus de 30 % des projets immobiliers réalisés en France.

Derrière cet engouement soudain se cache en vérité la prise de conscience du gouvernement français, qui n’a cessé d’inciter les entreprises du secteur à utiliser cet outil. Véritablement porté sur la transition écologique, l’Etat voit dans le BIM un bon moyen de réduire les coûts et de favoriser la construction de bâtiments responsables. Par conséquent, parmi les acteurs de la construction les plus adeptes du Building Information Modeling, on retrouve par exemple les bailleurs sociaux et les organismes directement liés à l’Etat.

Malgré une nette progression du BIM sur le marché de la construction, le gouvernement n’a encore imposé aucune loi régissant son utilisation. En d’autres termes, les acteurs du bâtiment, qu’ils soient du secteur privé ou public, sont libres de développer ou non ce processus numérique dans le cadre de leurs activités.

A ce jour, le potentiel de développement du Building Information Modeling en France est loin d’avoir atteint son apogée, puisque d’après les chiffres du PTNB (le Plan de Transition Numérique du Bâtiment), le taux d’adoption du BIM progresse relativement lentement. Dorénavant, les regards se tournent principalement vers les architectes, les bureaux d’études indépendants et les TPE-PME du bâtiment, car ces entreprises ont encore très peu recours au BIM.

Quel est le futur du BIM en France ?

Grâce au PTNB, on peut aisément imaginer que le BIM va revêtir une importance de plus en plus forte sur le marché français de la construction. Pour favoriser la transition énergétique et construire des bâtiments responsables, le Building Information Modeling va même probablement s’inscrire parmi les outils incontournables des acteurs du bâtiment. A ce titre, on peut penser qu’il va contribuer à l’émergence de nouveaux métiers, spécialement dédiés à la maîtrise de la maquette numérique 3D.

Face aux enjeux écologiques et économiques, les entreprises du privé et du public vont avoir tout intérêt à généraliser le recours à cette modélisation. Avec l’arrivée de la RT 2020, le BIM va de plus renforcer son influence, aussi bien sur les maîtres d’ouvrages, les architectes et les ingénieurs, que sur les entrepreneurs et les fabricants de matériaux.

Enfin, le Building Information Modeling de demain s’annonce plus connecté que jamais, puisque son efficacité pourrait bien être couplée au développement du Cloud. Par cette association, les acteurs de la construction verraient se décupler les possibilités de modélisation, jusqu’à se baser sur la réalité virtuelle et la réalité augmentée.

Nous vous recommandons ces autres pages :