Le BIM : présentation de cette méthodologie incontournable

Le BIM est un outil de plus en plus utilisé au sein des métiers du bâtiment, toutes professions confondues. Et pour cause, cette méthodologie s’impose comme le modèle de conception des bâtiments en voie de se démocratiser au sein de tous les projets de construction. Recueillant de multiples données qui permettent l’utilisation d’outils propres à chacun des métiers de conception et de construction d’un bâtiment, le BIM représente une avancée technologique et méthodologique aussi bien au profit des constructeurs que de toute autre partie prenante.

L’acronyme BIM représente un concept encore flou à vos yeux ? Vous avez du mal à considérer tous les avantages que représente ce nouveau modèle de création de bâtiments ? Pour vous éclairer sur cette nouvelle méthode de travail dans la conception de bâtiments, voici une présentation à la fois concise et précise de ce que représente le BIM.

BIM - Tout savoir sur le BIM-1

Qu’est-ce que signifie “BIM” ?

Qu’est-ce que le BIM ? Il est bien souvent plus aisé de comprendre la signification d’un acronyme lorsqu’on détaille les différents noms composant cet acronyme. Le BIM correspond ainsi à l’appellation “Building Information Modeling“.

En soi, même sans maîtriser parfaitement la langue anglaise l’appellation détaillée de l’acronyme BIM laisse transparaître sa signification. Ainsi, le BIM correspond bien à un concept de modélisation des données propres à la création d’un bâtiment via l’élaboration notamment d’une maquette numérique.

A noter qu’ici, la notion de bâtiment englobe tout type d’infrastructure quelque soit sa taille et quel que soit le profil de celui ou de ceux qui commandent son édification. Le BIM peut donc être utilisé pour toute construction et ce quelque soit les professionnels qui interviendront sur ce projet.

Une fois ces éclaircissements faits, il convient de s’intéresser plus en détail aux différentes possibilités qu’offre l’utilisation du BIM. Pour commencer, le BIM comprend plusieurs niveaux qui correspondent à des étapes de maturité du projet. Il existe ainsi 4 niveaux de développement de la maquette 3D d’un bâtiment. Ces niveaux vont de 0 à 3.

Le niveau 0 : un début d’esquisse

Le niveau 0 dans le BIM correspond à l’étape des toutes premières esquisses et des premiers dessins de la création d’un bâtiment. Cette étape se réalise très souvent via un logiciel de dessin assisté par ordinateur (DAO).

A cette étape, peu d’acteurs dans le processus de création et de construction du bâtiment sont amenés à collaborer au sein du BIM. Il s’agit principalement de commencer à réaliser des esquisses de la structure initiale.

Par conséquent, à ce niveau de réalisation aucune validation définitive de la maquette n’est à envisager. Il s’agit d’une première ébauche de plan qui peut être réalisée grâce à un logiciel de DAO adapté à la réalisation de plans et de maquettes d’immeubles, d’habitations ou de tout autre établissement.

Le niveau 1 : un début de conception aboutie

Une fois le niveau 1 du BIM atteint, d’autres professionnels du processus de conception peuvent intervenir. De l’étape de dessin assisté par ordinateur, le projet passe à l’étape de la conception assistée par ordinateur (CAO). Les données numériques commencent ainsi à se cumuler afin d’avoir plusieurs prototypes de maquettes devant à terme amener un résultat finalisé et viable de la conception.

A ce stade, les acteurs intervenant à la phase de création de l’infrastructure – tels que les architectes par exemple – n’échangent pas encore de manière régulière leurs différentes informations et idées sur le projet. L’objectif à cette étape est de recueillir le maximum d’informations et d’idées sur la possible création finale d’un bâtiment afin de tirer profit de toutes les compétences des intervenants travaillant sur ce projet.

Par conséquent, il n’est pas nécessaire d’aboutir à ce niveau à un seul modèle de maquette. Les informations échangées sont encore susceptibles d’être modifiées et peuvent à ce stade comporter des erreurs sans que cela nuise à l’édification finale. Ce sera à partir de l’étape suivante qu’un travail de tri et de concertation sur les différentes données numériques partagées à travers le BIM sera réalisé.

Le niveau 2 : la comparaison des données pour un modèle standardisé

Au niveau 2, les intervenants commencent à échanger leurs données. Ces informations seront standardisées dans un format accessible et lisible par tous.

Les différents acteurs du projet de construction peuvent encore travailler sur leur propre modèle 3D ou sur un autre support selon leur domaine d’expertise. Il n’y a donc pas encore d’uniformisation concernant le support de maquette numérique.

Cependant, une étape préalable de standardisation des données recueillies et partagées au sein du BIM est réalisée. Ainsi, l’objectif au niveau 2 est de commencer à partager activement les différentes données que chacun des acteurs peuvent recueillir ou créer dans un format standardisé grâce au téléchargement dans le logiciel BIM.

Cette opération s’effectue notamment au travers de la standardisation du format des données numériques échangées au travers du format numérique IFC. Ce format numérique IFC est le format de fichier utilisé par tous les acteurs et les professionnels dans le bâtiment. Il permet une interopérabilité entre les différents outils informatiques de réalisation de plans 3D.

Cette interopérabilité entre les différentes données et le plan 3D est un préalable indispensable à l’étape de travail collaboratif qui suit le niveau 2 du BIM. Dès ce niveau, tous les professionnels du projet de création d’un bâtiment peuvent prendre connaissance des données validées pour le modèle final.

Le niveau 3 : un travail collaboratif sur un modèle unique de maquette numérique

Une fois les différentes idées de maquettes envisagées et les données recueillies partagées sur le BIM vient le moment de commencer à travailler sur un seul et même plan 3D.

Le niveau 3 correspond à l’ultime étape de conception d’un bâtiment via le BIM. A cette étape, il n’est plus question pour les intervenants à ce projet de continuer à travailler sur leur ébauche personnelle de modèle. Avec toutes les données recueillies, standardisées et partagées à l’étape 2 du BIM, l’avancement de la maquette numérique permet ici de valider un modèle unique. Ce plan unique sera directement connecté au cloud. Cela permettra donc à tous les intervenants ainsi qu’aux éventuelles parties prenantes de pouvoir demander ou effectuer des modifications en temps réel du plan 3D.

A noter que cette étape est rarement exploitée à son plein potentiel, faute d’une démocratisation de l’utilisation du BIM à ce stade. En effet, pour bénéficier pleinement de tous les avantages qu’offre le BIM au niveau 3 il est essentiel que tous les professionnels et les parties prenantes soient correctement formés à ce processus de création de plans en 3D.

De plus, pour organiser au mieux les différentes modifications apportées aux données de la maquette numérique il est bien souvent essentiel de nommer un BIM manager. Le BIM manager permettra ainsi de veiller au bon déroulement des modifications successives apportées au plan sans perdition de données ou ajouts d’erreurs pouvant retarder la date de début du chantier.

Il apparaît donc essentiel pour la plupart des acteurs et des professionnels du bâtiment de démocratiser l’utilisation du BIM afin de tirer profit de tous ses avantages.

BIM - Tout savoir sur le BIM-2

Quel est l’intérêt d’utiliser le BIM ?

Pourquoi faire du BIM ? L’intérêt du BIM est multiple. En effet, que ce soit du côté des concepteurs, des constructeurs, des clients à l’origine de cette commande de bâtiment ou bien encore des autres parties prenantes, l’utilisation du BIM permet de travailler sur des données réactualisées en temps réel et accessibles à tous.

Dès lors, le partage via le cloud de la maquette numérique permet à chacune des parties prenantes de ce projet de valider les différentes étapes de création du plan 3D, de demander des modifications ou bien d’apporter elle-même les modifications désirées.

L’utilisation du BIM pour la création et la construction d’une infrastructure permet donc :

  • de réduire les erreurs de conception grâce à un travail collaboratif pouvant être amélioré et validé par tous les professionnels et les acteurs du projet;
  • de gagner en précision sur le plan 3D grâce à une modification en temps réel de la maquette numérique;
  • de réduire les coûts de création et de construction de l’infrastructure grâce à l’élaboration d’un modèle plus détaillé permettant ainsi de calculer au plus juste les besoins propres au gros oeuvre et éviter la perte de temps suite à un manque de coordination entre les différentes équipes;
  • de proposer une conception du bâtiment économique et écologique avec des données plus précises permettant une consommation en énergie réduite par rapport à un bâtiment conçu sans la technologie BIM;
  • de bénéficier de tous les outils informatiques propres à la création d’une maquette numérique;
  • d’obtenir une visualisation numérique finalisée et réaliste de l’intérieur et de l’extérieur du bâtiment.

En outre, un des avantages du BIM que l’on retrouve rarement sur les autres modèles de conception d’un immeuble ou d’un établissement est la possibilité de prévoir les travaux d’entretien à venir. En effet, grâce à la centralisation des données numériques propres à la création et à la construction d’une habitation ou d’un établissement il sera possible d’établir un prévisionnel sur plusieurs années des travaux d’entretien qui devront être réalisés sur le bâtiment.

Autre avantage non négligeable, le BIM permet dorénavant de prendre en compte la fin de vie du bâtiment avec les possibles options de démolition et de recyclage des matériaux utilisés. L’objectif ici est d’anticiper une possible démolition en respectant l’environnement dans lequel est construit le bâtiment. Cette optique permet ainsi d’intégrer la conception d’une infrastructure dans une logique d’économie circulaire.

Tous ces aspects allant de la création à la construction jusque-là la possible démolition du bâtiment dans les décennies à venir permettent aux parties prenantes d’avoir une vision complète et précise du projet auquel elles souhaitent participer et éventuellement investir.

Le BIM : mode d’emploi

Le BIM représente autant une méthodologie de travail qu’une technologie stricto sensu. A l’énumération de ses outils informatiques et de tous les avantages qu’il présente, on peut légitimement se demander si cette technologie est accessible à tous les acteurs et les professionnels dans la conception et la construction des bâtiments.

Comment utiliser le BIM ? En soi, le BIM peut être utilisé au travers de différents logiciels permettant la création d’une maquette numérique.

Les outils informatiques

Parmi les outils informatiques incontournables pour le BIM figurent les logiciels de conception assistée par ordinateur (CAO) qui permettent la modélisation 3D.

A noter que pour garantir une interopérabilité entre les différents acteurs de la création du bâtiment, il est nécessaire de choisir des logiciels permettant d’utiliser le BIM. Ces logiciels BIM doivent pouvoir offrir la possibilité d’importer et d’exporter des fichiers au format numérique IFC. De plus, le logiciel de modélisation BIM devra permettre d’apporter des modifications sur le plan en 3D en temps réel avec une connexion au cloud ou à un serveur.

En plus d’un logiciel de modélisation, il sera également nécessaire de prévoir l’utilisation d’une plateforme collaborative sur laquelle échanger les données entre les intervenants. Cette plateforme devra pouvoir être compatible BIM et permettre une sécurisation des données partagées.

D’autres outils informatiques sont utilisés dans le BIM pour différents besoins de conception tels que :

  • un logiciel de calculs et de simulations;
  • un logiciel de visualisation du plan 3D;
  • une bibliothèque d’objets permettant d’insérer des objets 3D sur la maquette.

L’utilisation des logiciels

Pour ce qui est de l’utilisation même des logiciels, il est possible que les professionnels et les acteurs n’ayant pas l’habitude d’utiliser les dernières technologies en matière de création de maquettes numériques puissent éprouver quelques difficultés à utiliser ce type de logiciel. Néanmoins, il existe des formations permettant de comprendre en quelques jours comment utiliser un logiciel BIM et ainsi tirer profit de tous les outils et options disponibles.

En outre, le développement du BIM permet également de créer de nouveaux emplois souvent nécessaires à l’optimisation de ce mode de conception de maquette numérique. Ainsi, les nouveaux métiers provenant du développement du BIM sont :

  • le BIM manager;
  • le BIM modeleur.

Au-delà de savoir utiliser les outils proposés par un logiciel BIM, il est également essentiel de savoir travailler en équipe pour bénéficier de tous les avantages de ce processus de construction. Ainsi, la présence du BIM manager peut s’avérer être un précieux atout lors d’un projet de création et d’édification d’une infrastructure. Le BIM manager aura pour fonction de veiller à la bonne communication et à la bonne résolution des possibles points de vue divergents entre les différents intervenants à ce projet.

Le BIM manager sera d’autant plus nécessaire lorsqu’un projet de construction atteindra le niveau 3 dans le BIM. En effet, il sera dès lors plus aisé pour les intervenants de ce projet de déléguer la coordination et la tenue des différentes réunions à un BIM manager qui sera formé pour cela.

En outre, la présence d’un BIM modeleur permettra d’éviter toute erreur ou tout problème informatique liés à la modélisation de la maquette numérique. Le rôle du BIM modeleur est donc de veiller au bon développement du plan 3D ainsi qu’à l’ajout des modifications demandées par les intervenants au projet n’ayant pas les compétences techniques pour réaliser cette tâche. Il s’agit donc d’un technicien spécialement formé à la modélisation 3D dans un logiciel BIM.

Par conséquent, l’utilisation du BIM est amenée à être accessible à tous, suite à une formation, si nécessaire, et à des outils informatiques de plus en plus intuitifs à l’utilisation. En outre, des professionnels du BIM permettent un accompagnement complet pour bénéficier de tous les avantages que représente ce nouveau mode de conception d’un
timent.