La France vise la neutralité carbone d’ici 2050. Pour atteindre cet objectif jugé par beaucoup extrêmement ambitieux, de nouvelles mesures sont mises en place pour réduire les émissions carbones émises notamment par le bâtiment. C’est notamment le cas de la RT 2020 qui entrera en vigueur le 1er janvier 2021. Mais entre bâtiment et émissions carbones, où en sommes-nous vraiment ?

 

Bâtiment et émissions carbones : le constat

 

Malgré tous les efforts déjà fournis par les professionnels du bâtiment, il n’en reste pas moins responsable de 25 % des émissions de gaz à effet de serre en France.

Le secteur du bâtiment consomme 45 % de l’énergie au niveau national.

De plus, un bâtiment génère des émissions carbones tout au long de son cycle de vie.

La phase de construction est responsable à elle seule de 60 % de l’empreinte carbone du bâtiment. Ainsi, un mètre carré construit équivaut à une tonne et demi de gaz à effet de serre émis sur une période de cinquante ans. En effet, cette phase consomme une importante quantité d’énergie grise entre la fabrication des matériaux, le transport et l’utilisation d’engins sur le chantier.

 

batiment-emissions-carbones-chantier

 

Ensuite, lors de son utilisation par ses occupants, le logement va également émettre des gaz à effet de serre. Quand il arrive en fin de vie, le recyclage et le traitement des déchets implique de nouveau des émissions carbones.

 

Qu’est-ce que l’empreinte carbone d’un bâtiment ?

 

L’empreinte carbone d’un bâtiment mesure la quantité de gaz à effet de serre émise par un bâtiment durant toute sa durée de vie, de sa construction à sa démolition en passant par son exploitation et sa rénovation. Sont prises en compte l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre, qu’elles soient directes comme celles induites par le chauffage ou indirectes comme celles dues à la fabrication des matériaux.

Il est bon de savoir que le CO2 représente à lui seul 40 % des gaz à effet de serre émis par un bâtiment.

L’empreinte carbone est exprimée en kg CO2eq.

 

batiment-emissions-carbones-pollution

 

Quelles sont les solutions envisageables pour réduire l’empreinte carbone du bâtiment ?

 

Pour réduire l’empreinte carbone du bâtiment, de nombreuses pistes peuvent être envisagées. Certaines sont d’ailleurs déjà mises en place comme le bâtiment à énergie positive (BEPOS) ou les aides financières pour les particuliers qui réalisent des travaux améliorant la performance énergétique de leur logement.

Cependant pour aller plus loin, il est important d’adapter les bons réflexes comme :

  • la conception bioclimatique ;
  • l’utilisation de matériaux bas carbone comme les matériaux biosourcés, les métaux recyclés, etc. ;
  • l’économie circulaire ;
  • la réduction des déchets ;
  • la démarche HQE ;
  • la réduction des besoins en énergie du bâtiment ;
  • la production d’énergie renouvelable ;
  • etc.

C’est également dans cette optique que le label E+C- a été mis en place. Ce label Bâtiment à Énergie Positive et Réduction Carbone vise à valoriser les bâtiments qui s’attachent à appliquer la future réglementation RT 2020 dont les niveaux d’exigence sont bien plus élevés que la RT 2012, avant son entrée en vigueur au 1er janvier 2021.

 

Le secteur du bâtiment en tant que deuxième secteur producteur de gaz à effet de serre doit poursuivre ses efforts pour tendre vers l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050. De nombreuses initiatives sont en train d’être mises en place, mais la tâche est complexe, car de nombreux éléments doivent être pris en compte tout au long du cycle de vie du bâtiment.