Est-il possible de construire des bâtiments capables d’allier développement durable et bien-être de ses occupants ? C’est le défi que souhaite relever l’architecture verte. Mais qu’est-ce que l’architecture verte ? Quels en sont les critères ? Ce sont les questions auxquelles nous vous proposons de répondre dans cet article en vous présentant notre top trois des constructions vertes.

 

 

L’architecture verte, c’est quoi ?

 

Quelle différence entre l’architecture verte et l’architecture durable ou écologique ? Quels sont les principes d’un urbanisme intelligent ? La réponse n’est pas unanime mais nous allons essayer de vous fournir une définition la plus complète possible de l’architecture verte.

 

Tentative de définition de l’architecture verte

 

Avant tout l’architecture verte s’inscrit dans une démarche de protection de l’environnement. Et bien qu’il n’y ait pas de définition de l’architecture verte, certains points sont communs à toutes les versions :

  • l’utilisation de matériaux naturels
  • la configuration du bâtiment (disposition des pièces et positionnement au sein de l’environnement)
  • la gestion des énergies
  • le cadre de vie

En effet, l’architecture verte va plus loin que l’architecture durable, car elle ajoute l’utilisation des plantes et des espaces verts. Les bâtiments peuvent ainsi être aménagées de façades végétalisées dans un projet d’architecture verte. Il s’agit donc d’une véritable réflexion qui repose sur trois piliers.

 

Les 3 piliers de l’architecture verte

 

Pour qu’un projet de construction puisse relever de l’architecture verte, il doit s’inscrire dans une démarche qui prend en compte trois piliers :

  1. la durabilité pour la préservation de l’environnement
  2. l’écologie humaine qui vise à favoriser les relations sociales
  3. la technologie qui permet de construire mieux et qui s’inspire elle-même de la nature (panneaux en nid d’abeille)

De ces trois piliers découlent les critères qui permettent de déterminer si un bâtiment peut être qualifié ou non d’environnemental.

 

architecture-verte-flower-tower

 

Les critères pour un bâtiment environnemental

 

L’objectif de l’architecture verte est de construire des bâtiments dits environnementaux qui ont un impact positif sur la santé et le bien-être des personnes qui y vivent ou y travaillent.

Le premier critère majeur pour un bien relevant de l’architecture verte est la gestion de la production et de la consommation de l’énergie. Cela passe par l’isolation thermique afin de réduire significativement les déperditions, mais aussi par la réduction des besoins énergétiques. L’énergie doit de plus être produite le plus naturellement possible grâce à des modes de production alternatifs tels que les panneaux photovoltaïques ou les éoliennes. Le but ultime est de concevoir des bâtiments à énergie positive c’est-à-dire capables de produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

Autre critère essentiel, la gestion des déchets. Il s’agit alors de réduire la production de déchets et de recycler au maximum ceux qui n’ont pas pu être évités. Pour y parvenir, l’architecture verte met en place des systèmes de récupération des eaux de pluie, de dépollution des eaux usées ou le compostage des déchets. Cette volonté de réduire les déchets commencent dès la réalisation du chantier. Le projet de construction verte inclus la gestion des déchets sur le chantier. Le choix des matériaux de construction est également important. L’architecture verte favorise l’utilisation de matériaux naturels et durables que ce soit pour réaliser l’isolation (laine de verre, paille, bois, etc.) ou les peintures. Les colles utilisées ne sont pas toxiques. Il est tout à fait possible d’utiliser des matériaux issus du recyclage afin de leur donner une seconde vie. Réhabiliter un bâtiment de manière durable et verte au lieu d’en construire un nouveau peut tout à fait s’inscrire dans cette démarche.

Le dernier critère à prendre en compte est l’impact de la construction verte sur les relations sociales. Elle peut avoir une grande influence sur les liens sociaux car les personnes qui vivent dans cet écosystème partagent des valeurs communes.

 

 

L’architecture verte, top 3 des constructions vertes

 

architecture-verte-starck

 

Afin d’illustrer ce qu’est l’architecture verte, nous avons sélectionnés pour vous trois constructions vertes. Le premier exemple d’architecture verte que nous avons retenu se situe à Saint-Jean-de-Luz. Il s’agit du siège social de la société Quicksilver conçu par l’architecte Patrick Arotcharen. La construction est en verre et en bois. Ce dernier est issu de forêts durables et des panneaux solaires ont été installés pour la production d’énergie.

Autre illustration de l’architecture verte, la maison P.A.T.H conçue par le célèbre designer Philippe Starck. Les maisons en bois qu’il a imaginé sont équipées à la fois de panneaux solaires et d’éoliennes mais aussi de système de récupération des eaux de pluie et de pompes à chaleur. La consommation énergétique est alors maîtrisée et réduite à son minimum.

Pour finir, la Flower Tower construite au sein du XVIIème arrondissement de Paris par l’architecte Edouard François est un parfait exemple d’architecture verte. La tour est recouverte d’immenses pots de fleurs qui ont la capacité de filtrer la lumière.

 

L’augmentation de la population nécessite de construire des ouvrages verticaux. Toutefois, les architectes ont bien compris l’importance de réduire l’impact environnemental des nouvelles constructions écologiques et notamment d’y intégrer des plantations. C’est pourquoi l’architecture verte ne cesse de se développer tout comme le smart building définit comme l’avenir du bâtiment aux multiples avantages.